Pratiquer de façon adaptée permet de développer de nombreuses aptitudes

Appréhender l’espace autrement, découvrir son corps. L’expression corporelle et activités sportives diverses, telles que la danse par exemple, peuvent être de formidables moyens de « réhabilitation par les activités physiques » sur les personnes avec autisme et/ou TDAH. 4 étudiants en Master se sont d’ailleurs penchées sur le sujet et démontrent que l’APA (Activité Physique Adaptée) peut représenter une thérapie non médicamenteuse efficace, pour canaliser l’attention, l’impulsivité, l’hyperactivité, développer la motricité et la préhension, sécréter de la dopamine et noradrénaline dans le cerveau, diminuer le stress, apporter une meilleure estime de soi.

Socialement parlant, elle permet bien sûr aussi d’enclencher des processus sociaux, donc progressivement des modifications dans les comportements. L’APA favorise  également l’apprentissage du respect d’autrui et des règles de jeu qui doivent être claires, précises, courtes et non discutables.

De plus, il est important de s’appuyer toujours sur une pratique procurant un plaisir immédiat, de privilégier une activité avec un objet à tenir et de choisir un lieu à la fois sécurisant et permettant de se défouler dans un environnement cadré.

A Rouen, un programme inclusif permet à 2 enfants autistes de 4 et 5 ans de pratiquer en milieu ordinaire, tout en bénéficiant de la présence d’une éducatrice an APA. Chacun va à son rythme… et progresse énormément dans leurs comportements à la maison !
Cette initiative a été possible grâce à un partenariat avec la Fondation Orange.

Sources : http://www.magazine-declic.com/danse-corps-emotion/
https://informations.handicap.fr/art-tdah-activites-24-9867.php
https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/un-cours-de-sport-rouen-pour-integrer-des-enfants-autistes-1495656822

Vive le sport