Le zinc pourrait inverser le comportement d’un gène responsable
Une étude néo-zélandaise a mis en relief le potentiel pouvoir de cet oligo-élément indispensable à la croissance, à la réparation des tissus et à la synthèse de l’ADN et des protéines. Il pourrait effectivement avoir des capacités à inverser les déficits de communication entre les cellules du cerveau, comme c’est le cas pour l’autisme. Cela jouerait particulièrement sur le gène SHANK 3 (voir IF n°2 de juillet 2016), très impacté par les mutations dues à l’autisme.
La recherche envisage un programme visant à accroitre l’apport de zinc dans l’alimentation chez les tout jeunes autistes pour évaluer s’il peut stopper le développement des troubles autistiques, voire prévenir.
On trouve un dosage intéressant du zinc dans la viande de bœuf, le jaune d’œuf, les huitres, le foie de veau, le hareng, le pain complet et les flocons d’avoine.

Intéressante piste à suivre ?

Sources : http://www.ladepeche.fr/article/2016/09/02/2410973-austisme-zinc-pourrait-inverser-comportement-gene-responsable-maladie.html :  http://www.jneurosci.org/content/36/35/9124.short?sid=231a18f7-8ca3-44d3-afa7-092f0dba3dcc
http://www.jneurosci.org/content/36/35/9124.short?sid=231a18f7-8ca3-44d3-afa7-092f0dba3dcc

Zinc