La microglie (1) expliquerait pourquoi les TSA touchent davantage les garçons que les filles.

Avec une représentation entre 10 et 15 % de l’effectif total de cellules de notre cerveau, les cellules de la microglie constituent l’un des principaux acteurs de la défense immunitaire du système nerveux central. De plus, elles auraient également un rôle « d’élagueur » des connexions neuronales, donc de régulateur des réseaux synaptiques et neuronaux.
Donna Werling et son équipe californienne ont démontré que la plus forte différence d’expression des gênes de la microglie entre les sexes a lieu durant les derniers mois de la grossesse. Celle-ci avait également mis en lumière l’an dernier que « les gênes associés à la microglie s’exprimaient plus fortement dans le cerveau des personnes atteintes d’autisme que dans la population ordinaire ».

La synthèse de ces découvertes permet de formuler l’hypothèse  que « l’activité plus forte de la microglie chez les fœtus mâles les rende plus sensibles aux gènes associés à l’autisme ».

De précédentes études avaient également mis à jour le fait que les cellules microgiales des personnes autistes présentaient des différences en termes de taille et densité.
La volonté et l’espoir de trouver des réponses thérapeutiques explique la multiplicité des recherches sur la (les ?) origine(s) de l’autisme.

Une forte vulnérabilité chez les garçons

(1) La microglie (ou microgliocytes) est une population de cellules gliales (formant l’environnement des neurones), constituée de macrophages (participent à l’immunité innée) résidents du cerveau de la moelle épinière formant ainsi la principale défense immunitaire active du système nerveux central.

Sources : https://pedopsychiatrienorddauphine.files.wordpress.com/2017/05/autisme-article-mediapart-05-2017.pdf
https://fr.wikipedia.org/wiki/Microglie
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cellule_gliale
https://fr.wikipedia.org/wiki/Macrophage

Microglie