Recherches autour de la suramine

Une étude menée en Californie, auprès d’un public de garçons de 5 à 14 ans, tend à démontrer qu’une injection de suramine à faible dose améliore les symptômes typiques du TSA, du moins les 3 premières semaines. Il s’agit d’une molécule qui a été développée il y a 100 ans pour la maladie du sommeil.

La recherche repose sur l’idée d’un relargage extracellulaire anormal de purines et pyrimidines, puissants immunomodulateurs (1), et du choix de la suramine comme antipurinergique.

La molécule pouvant poser des problèmes de tolérance à haute dose, bien qu’elle soit répertoriée comme essentielles dans la liste des médicaments essentiels publiée par l’OMS, il convient de poursuivre, sur l’homme, les recherches et expérimentations pour vérifier un taux de toxicité a priori rassurant. De plus larges essais sur plusieurs mois devraient donc être réalisés pour continuer d’avancer sur cette piste.

(1) qui modifie les réactions du système immunitaire du corps

Sources : https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2017/05/26/la-suramine-une-approche-antipurinergique-inedite-dans-lautisme_847845

Suramine