Neurobiologique, ce handicap pouvant causer de l’hyperactivité est souvent associé à d’autres difficultés connexes telles que les troubles de l’apprentissage (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, …), l’insomnie ou encore le repérage dans le temps par exemple, et justifie l’accompagnement par une AVS.
Il s’agit d’un fonctionnement différent du cerveau, qui impacte les émotions et le comportement. Si tout le monde recèle plus ou moins en lui de symptômes du TDA/H, c’est l’intensité et la durée des troubles et leur répercussion sur la vie quotidienne qui permettent le diagnostic médical.

4 grands axes sont à étudier de près, pour mieux comprendre et vivre le quotidien à la maison comme à l’école :
- les facteurs aggravants
- comment compenser les difficultés
- trouver le mode d’apprentissage le plus adapté
- la prévention/prise en charge des complications du trouble

Résumé des conseils pour la vie familiale :
- expliquer
- une consigne à la fois
- compenser
- éducation émotionnelle
- pleine conscience
- rééducation de l’attention
- apprendre à organiser,
- surveiller son hygiène de vie

et pour la vie scolaire :
- organiser l’environnement de travail
- permettre une position autre qu’assise
- surveiller son hygiène de vie
- installation permettant d’éviter les distractions
- aider à l’organisation, tolérer les oublis
- laisser l’enfant assouvir son besoin de bouger
- ne lui faire garder que le minimum nécessaire sur son bureau
- diversifier les temps de travail, fractionner
- donner davantage de temps
- trouver un ou des codes de consigne
- accepter les outils/objets exutoires (type fidgets) qui permettent à l’enfant de défouler son envie de remuer, tripoter, malaxer, mordiller, etc et peuvent ainsi l’aider à focaliser son attention.

Cet ensemble de comportement, aménagements et astuces, peuvent faire l’objet d’un Projet d’Accueil Personnalisé.

TDAH

Sources : http://apprendreaeduquer.fr/aider-enfant-tdah/